A la une, Agenda, Antenne
au-musee-dauphinois-une-nouvelle-exposition-montagnarde-sur-les-refuges-alpins

Ouverte du 4 juin 2020 au 21 juin 2021, l’exposition intitulée « Refuges alpins, de l’abri de fortune au tourisme d’altitude » au musée Dauphinois de Grenoble permet de nous élever en altitude et de profiter d’animations immersives.

C’est un projet au long-court, vieux de cinq ans, qui a enfin été présenté mardi 2 juin au couvent Sainte-Marie. Dans un premier temps prévu pour le 24 mars, l’inauguration a dû être reportée à cause du coronavirus. Olivier Cogne, conservateur du musée Dauphinois, ne cachait pas son enthousiasme : « Nous sommes ravis de retrouver le public depuis quelques jours. On devait vous montrer cette exposition le 24 mars initialement. Finalement, il a fallu attendre la fin du confinement et on est très heureux aujourd’hui malgré tout. »

Un voyage à travers la montagne pour mieux la comprendre et l’apprivoiser

Les refuges, souvent difficilement accessibles, ont des histoires qui leur sont propres. L’exposition nous rappelle que la montagne était, jusqu’au 18ème siècle, un objet de convoitise qui suscitait peur et fascination à la fois. La force de l’exposition est de nous faire voyager à travers la montagne pour mieux la comprendre et l’apprivoiser. En effet, au-delà des classiques jeux de lumière, des photos et plaques descriptives, elle est rythmée par des activités interactives comme des vidéos en 3D (en cours de développement, Ndlr) et des reproductions de refuges à taille réelle. Vous pourrez ainsi visiter le célèbre refuge de l’Aigle et le Refuge Tonneau dans les jardins du musée prêté par l’Association Le Refuge Tonneau Perriand-Jeannneret. Des activités immersives qui permettent de mieux se rendre compte des conditions de vie des alpinistes.

Le thème de la visite est aussi résolument régional. Comme le souligne Jean-Pierre Barbier, président du conseil départemental de l’Isère, « 38 % des refuges des Alpes françaises sont en Isère. Le département de l’Isère est un département alpin. Donc oui, nous sommes chauvins en Isère et on le revendique ! ». L’exposition ne se cantonne pas aux refuges des Alpes françaises cependant. L’Italie, l’Autriche ou la Suisse sont aussi explorées.

Des débats environnementaux et une réflexion sur le refuge de demain 

L’exposition s’attarde également sur la figure du gardien, véritable « âme » du refuge. C’est lui qui accueille les randonneurs et alpinistes en leur apportant réconfort et chaleur humaine dans la solitude que peut provoquer la montagne. Une montagne de plus en plus peuplée et… polluée ! L’exposition « Refuges alpins » ne passe pas à côté de l’enjeu environnemental et questionne l’usage de l’hélicoptère pour ravitailler les usagers.

Enfin, l’exposition propose une réflexion sur les refuges de demain qui devront être plus écologiques donc et surtout plus réfléchis et intégrés à la montagne en tenant compte du « territoire, la culture et l’innovation sociale ».

Le résultat d’une collecte et de partenariats

L’exposition a été rendu possible par des partenariats divers. L’inventaire photographique de l’Inventaire général du patrimoine culturel de la région qui recense une partie des refuges alpins a été d’une grande aide pour mettre sur pied l’exposition. La reproduction du refuge de l’Aigle est le fait des Compagnons du Tour de France. Ce sont par ailleurs les dons de particuliers dans le cadre d’une collecte de cartes postales lancée en mai 2019 qui viennent enrichir l’exposition.

Le musée Dauphinois est ouvert tous les jours de 10h à 18h en semaine (sauf le mardi) et de 10h à 19h le week-end. L’entrée est gratuite pour tous.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur https://musees.isere.fr/musee/musee-dauphinois

0 Commentaires
Partagez

Rédac RKS

Ecrire un comentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked*