A la une, Infos

COVID 19: des chercheurs grenoblois auraient trouvé comment prévenir l’inflammation du virus 

covid-19-des-chercheurs-grenoblois-auraient-trouve-comment-prevenir-linflammation-du-virus

Une équipe de scientifiques et de médecins de l’Université et du CHU de Grenoble auraient trouvé la solution pour anticiper l’aggravation du virus et ainsi mieux le traiter. 

Le COVID 19 provoque chez certains patients une atteinte respiratoire sévère. Il s’agit ici de la deuxième phase de contamination celle de l’inflammation qui peut parfois être disproportionnée et qui entraîne ainsi la mort du malade. Ainsi, les chercheurs en ont conclu que ce n’est pas le virus qui tuait mais cette « tempête inflammatoire ».

Et ce qui déclencherait cette tempête, c’est la cytokine. Il s’agit ici de protéines qui alertent le système immunitaire en cas d’agression virale et qui déclenchent une réaction excessive qui peut s’avérer mortelle.

Les cytokines comme indicateur

L’étude menée par les chercheurs grenoblois prennent donc ces protéines comme étant des « bio-marqueurs » de l’inflammation et en particulier la cytokine appelée Interkleurine 6, ou autrement nommée la « IL6 ». Sa présence dans le sang des patients serait ce qui entraîne l’emballement du système immunitaire et donc la détresse respiratoire.

En résumé si on arrive à trouver cette cytokine précise dans le sang des malades on peut donc prévoir l’inflammation et donc anticiper et traiter les patients pour leur éviter la mort.

Un traitement en cours de test 

L’objectif ainsi est d’identifier au plus tôt la détresse respiratoire et pouvoir leur administrer des corticoïdes. Mais les chercheurs testent également un médicament appelé le « Tocilizumab » qui attaquerait directement la protéine en bloquant ses récepteurs.

Pour le moment ces recherches ont porté sur les prélèvements sanguins de plus de 200 patients atteints du nouveau coronavirus depuis début mars.

Des recherches financées  en partie par la fondation Université Grenoble Alpes 

La fondation est en effet parvenue à rassembler depuis début mars 160 000 euros de dons auprès de différents mécènes afin de pouvoir mener ces recherches. En parallèle le CHU de Grenoble participe à de nombreux autres tests et essais cliniques depuis l’apparition du COVID 19.

0 Commentaires
Partagez

Rédac RKS

Ecrire un comentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked*