A la une

Coronavirus : le point fait par Eric Piolle

coronavirus-le-point-fait-par-eric-piolle

Ce lundi 23 mars 2020 le maire de Grenoble Eric Piolle a fait le point sur la crise du coronavirus lors d’une conférence de presse.

  • Depuis hier, il a pris l’initiative d’appeler à joindre à nos pensées « tous les premiers de cordée » lors des applaudissements quotidien à 20h. Comprenons l’intégralité des personnes travaillant encore aujourd’hui dans les domaines essentiels en plus des personnels de santé.
  • Il fait savoir également avoir fait remonter les inquiétudes de ces travailleurs/travailleuses face aux risques sanitaires qu’ils prennent et attend encore une réponse gouvernementale.
  • La collecte de masque de la ville auprès des entreprises a permis aujourd’hui de récupérer 40 000 masques.
  • La cuisine centrale municipale reste ouverte et ce sont près de 450 repas qui sont servis chaque jour aux plus démunis. De nombreux chefs participent également à l’effort solidaire en cuisinant les denrées périssables de la grande distribution.
  • La ville de Grenoble déploie également 26 agents chargés de conserver un contact avec les personnes jugés isolées. Ainsi, l’ensemble des personnes présentes sur le fichier « risque canicule » plus 130 autres identifiées par la maison des habitants recevront 2 appels par semaine pour s’assurer qu’elles vont bien.
  •  La plateforme Grenoble voisins voisines connaît un succès d’envergure puisque ce sont près de 1000 propositions qui ont été déposées depuis son lancement. Le maire salue la « solidarité réjouissante qu’il y a Grenoble ».
  • Le Festival 100% numérique Fêtes comme chez vous est également un « succès colossale » puisque ce sont près de 230 000 vues qui ont été comptabilisées.
  • Conformément à la loi adoptée, la Police Municipale sera bientôt en capacité de verbaliser le non respect du confinement. Eric Piolle (maire de Grenoble), Renzo Sulli (maire d’Echirolles) et David Querios (maire de Saint Martin d’Hères) en profitent pour demander au gouvernement des renforts supplémentaires afin « de revenir aux effectifs qui étaient ceux de 2002 ».
  • L’idée d’un couvre-feu n’est pour le moment pas d’actualité à Grenoble. En effet d’après Eric Piolle cette possibilité incombe bien plus « aux maires ayant des problèmes liés à des regroupements de nuit […] ce qui n’est pas le cas à Grenoble ».
  • Il reste encore à ce jour des places pour les femmes victimes de violences conjugales. En ces temps troubles, le maire rappel l’importance du soutien qui doit être assuré à ces victimes.
0 Commentaires
Partagez

Rédac RKS

Ecrire un comentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked*