Browsing Category:Infos

des-photographies-et-images-sur-le-sport

L’exposition « L’art du sport » se tient au Centre du graphisme, à Échirolles, jusqu’au 17 mai.

Photographies, dessins, football, cyclisme, en passant par les affiches des Jeux Olympiques d’Hiver, voilà ce que pouvez trouver en cette exposition. Diego Zaccaria en est le commissaire d’exposition.
L’art et le sport sont étroitement liés depuis les « Jeux Olympiques en Grèce antique ». Pour choisir les images qui figurent dans cette expo, il a fallu faire un tri. Mais Diego Zaccaria savait où il allait : « j’avais la volonté de traiter ce qui était visuel, ça m’a permis d’écarter un bon nombre d’images ».

« Le sport, c’est l’art de continuer la guerre, sans les fusils »

Plus qu’une activité, le sport a une notion politique selon Diego Zaccaria. Certaines photographies sont des « reflets de ce qui peut se passer dans une société ». Notamment, des images du logo du Mondial de football de 1982. « Ce mondial, après la dictature franquiste, c’est un peu le retour à la démocratie. Chaque image s’inscrit dans une histoire. »
Le sport est donc une valeur qui « réunit, mais qui divise aussi ». D’ailleurs, le commissaire de l’exposition cite l’écrivain George Orwell : « Le sport, c’est l’art de continuer la guerre sans les fusils ».
L’exposition est gratuite et ouverte tous les jours jusqu’au 17 mai. Des visites guidées sont aussi disponibles, pour plus d’informations, allez sur le site du Centre du graphisme (https://echirolles-centredugraphisme.com/lart-du-sport). Pas d’inquiétude, il ne faut pas « nécessairement être fan de sport, on peut s’intéresser à l’art ou au design graphique ».

Adrien Chatre

0 Commentaires
une-blessure-cest-difficile-den-parler-surtout-dans-le-milieu-de-la-danse

La photographe et danseuse Charlotte Audureau a présenté 2 séries de photographies, « Dolor » et « Transe » à la MC2 de Grenoble mardi 18 février. Cette exposition se tient jusqu’au 9 avril.

Charlotte Audureau, à côté de l’une de ses photographies.

Charlotte Audureau a mélangé ses deux passions, la photographie et la danse. Le 18 février, elle a présenté 2 séries de photographies à la MC2 de Grenoble, « Dolor » et « Transe ». 3 ans ont séparé ces deux séries, mais pour la photographe, ce n’est pas important car « il y a toujours du lien dans ce que l’on fait ».

La première à avoir vu le jour est « Dolor » qui représente les « blessures et douleurs des danseurs ». Pour réaliser ces photographies, Charlotte Audureau n’a travaillé qu’avec des danseurs qu’elle connait. Sur les photos, les radiographies des modèles ont été rajoutées en post-production sur leurs blessures. « Une blessure n’est palpable que par soi, c’est difficile d’en parler, surtout dans le milieu de la danse » d’après Charlotte. Ces photos ont permis de mettre les danseurs « en confrontation face à eux-mêmes ».

Représenter le « lâcher prise »

La deuxième série de photo est « Transe ». Elle représente le « lâcher prise, le fait de ne pas tout contrôler dans sa vie ». Pour réaliser ces clichés, 4 danseuses se sont prêtées au jeu, accompagnées d’un percussionniste. Pendant 20 minutes, elles ont improvisé sur la musique et ce sont des photos « d’entre-mouvement » qui ont été retenues. « Je cherchais quelque chose de volatile, qui nous ramène à soi. »

Le président de la MC2, Jean-Paul Angot, également présent était fier d’accueillir ces clichés. « Il y a un échange entre le lieu et les photos. » Ce n’est pas un lieu d’exposition à la base, mais cela permettra aux « spectateurs de regarder quelque chose et ne pas juste attendre avec son ticket à la main » lors des prochains spectacles de la saison culturelle. « Charlotte a bien su capter le mouvement » et cela rend ces photos très « puissantes » pour le président.

Adrien Chatre

0 Commentaires
grenoble-des-cendriers-urbains-vont-etre-installes-au-bistrot-saint-vincent

La ville de Grenoble compte installer des cendriers de ville dans les rues et près des bars et des commerces depuis 2018 déjà.

Un cendrier supplémentaire va être installé à proximité du Bistrot Saint Vincent dans la rue Stalingrad. Un partenariat conclu entre la ville et les commerces, les bars, les restaurants, les entreprises et les lieux culturels de Grenoble. Un bon moyen pour lutter contre la pollution engendrée par les mégots.

Quelques chiffres

Pour rappel, un mégot de cigarette jeté par terre c’est :

4 000 substances toxiques

500 litres d’eaux polluées

12 mois pour se désagréger dans la nature.

Il est donc important pour la ville d’encourager et de cultiver les bons gestes au quotidien. C’est pour cela, qu’en plus des cendriers urbains, sont distribués par la municipalité des cendriers de poches. Ils sont disponibles auprès des partenaires de l’opération comme par exemple les bureaux de tabac.

0 Commentaires
le-toit-de-la-belle-electrique-est-equipe-de-panneaux-solaires

Plus de 600 mètres carrés de panneaux photovoltaïques décorent le toit de la salle de spectacle. L’installation produira l’équivalent de la consommation annuelle de 50 foyers.

En tout 308 panneaux ont été installés et permettent d’alimenter la salle concert et le restaurant grenoblois.

Un projet initié par la société « Energ’y citoyennes ». Depuis 2016, cette entreprise développe dans Grenoble et son agglomération des projets d’énergie renouvelable.

Un projet financé par l’épargne citoyenne

Une des particularités d’Energ’y citoyenne est que ces projets sont financés par les grenoblois eux-mêmes. Chacun peut en effet acheter une part dans la société avec un minimum de 100 euros. Un investissement qui permet au groupe de financer ses actions. Au total la boîte compte 238 associés.

Un projet à 150 000 euros

Pour la Belle électrique, la levée de fond 2019 a permis de récolter 73 000 euros de souscriptions au total. L’installation des panneaux est la plus grande toiture réalisée à ce jour par la société Energ’y.

En tout 15 toitures ont été équipées de panneaux solaires dans Grenoble et son agglomération depuis 2015.

0 Commentaires
des-lyceens-ont-simule-une-reunion-a-lonu

Le week-end du 14 au 16 février, 400 élèves ont simulé une réunion de crise de l’ONU. En jouant des dimplomates, ces élèves du monde entier ont dû trouver des solutions à différents problèmes.

400 lycéens de première et de terminale, du monde entier se sont retrouvés au lycée de l’Externat Notre-Dame à Grenoble, le week-end du 14 au 16 février. De nombreux élèves présents étaient Français, mais il y avait aussi des Américains, des Britanniques, des Égyptiens ou encore des Grecs. Ils ont simulé une réunion à l’ONU de 1964 en temps de Guerre froide. La situation : le vice-président américain a été enlevé par des Nord-Vietnamiens et est détenu en URSS.

« On comprend ce qui se passe et ce qui nous entoure »

Les élèves, dans leurs rôles, discutent, prennent la parole au pupitre pour présenter une idée qui sera débattue par les autres. Mathilde Hivert, élève de terminale a apprécié cet exercice et a déclaré sur France 3 : « Par le biais d’un grand jeu de rôle, on comprend ce qui se passe et ce qui nous entoure de manière ludique et pédagogique ». Après cet exercice, une autre conférence sur le défi du développement durable a eu lieu. Toujours dans leurs rôles, ils ont émis des idées pour faire face à ce défi. Une ouverture d’esprit importante pour Sebnem Bayindir, professeure de français en Turquie : « Ils représentent tous des pays différents de leur pays natal, donc ça leur permet de voir les choses différemment. »

Adrien Chatre

0 Commentaires
springalp-soffre-une-deuxieme-edition
Le festival de musique électronique Spring’Alp aura lieu mi-avril. Vladimir Cauchemar et Etienne de Crecy font partie des artistes présents.

La deuxième édition du Spring’Alp festival aura lieu cette année le 17 avril 2020. Ce festival de musique électro se fera au Palais des sports de Grenoble. Après Kavinsky et Bon Entendeur, les têtes d’affiches vont aussi en intéresser certains pour cette année. On y retrouve Vladimir Cauchemar, l’artiste masqué qui s’est fait connaître avec Aulos un tube fait à la flûte. Il y a également Synapson ou DJ Pone. Pour avoir ces noms, Mathys et Nathan, les organisateurs, ont travaillé avec un directeur artistique lyonnais.
Si ce festival a vu le jour, c’est notamment parce que les organisateurs se sont rendus compte qu’il manquait des festivals électro.

Food-truck, salon de tatouage et escape-game

En plus de ces noms, le festival va travailler sur la prévention sur la drogue et l’alcool, la sécurité routière et le harcèlement. En période de festival, « c’est le meilleur moment pour en parler » selon les organisateurs. Ils espèrent que 3000 personnes soient présentes. Des food-trucks, un salon de tatouage et « challenge the room », l’escape game grenoblois seront également là. Pour cela, c’est un budget entre 100.000 et 200.000 euros de prévu.
Sur du long terme, les organisateurs espèrent que le festival se développera et qu’il accueillera 30.000 personnes sur un week-end. Les places sont déjà disponibles pour 30 euros.
Organiser un festival a sa multitude de problèmes, mais les organisateurs en retiennent surtout les points positifs.

Adrien Chatre

 

0 Commentaires
chloe-tetraplegique-en-appelle-a-letat

Chloé est tétraplégique et a appelé les services publics pour que l’Etat prenne en charge son auxiliaire de vie. Après le bac, elles sont au frais des familles.

Chloé est une étudiante de 21 ans à Sciences Po Grenoble. Tétraplégique de naissance, la jeune fille a besoin de son auxiliaire de vie, Aziza Zibouche qu’elle suit depuis le lycée. Aucuns problèmes au lycée, mais l’Etat ne prend plus en charge l’auxiliaire de vie pendant les études après le bac. Une somme conséquente de 25.000 euros prise en charge par les parents de Chloé. S’ils ont trouvé une solution pour cette année, il va falloir en trouver d’autres pour les prochaines années.

« Il y a un problème pour les études supérieures »

Valérie, la mère de la jeune étudiante trouve cette situation absurde et a déclaré sur France 3 : « Ce qui n’est pas logique, c’est de se dire que toutes ces années, Chloé a bénéficié d’auxiliaires de vie, et le fait de faire des études supérieures, elle n’en a plus besoin ». Chloé en appelle donc aux pouvoirs publics pour trouver une solution car ce n’est « pas à Sciences Po de trouver des financements ». Valérie rajoute que cela veut dire que « soit une auxiliaire ne servait à rien au lycée, soit il y a un problème pour les études supérieures ».

Adrien Chatre

0 Commentaires
coronavirus-5-patients-toujours-hospitalises-au-chu-de-grenoble

Ce week-end de nouveaux cas de contamination au nouveau coronavirus ont été confirmés chez plusieurs patients qui résidaient aux Contamines-Montjoie. Cinq personnes, des britanniques et un enfant, sont actuellement accueillis au CHU de Grenoble.

Sur les cinq personnes, trois cas d’infection au coronavirus ont été confirmés par l’hôpital dans un communiqué.
Le CHU Grenoble Alpes confirme que « Les cinq patients ne présentent pour l’instant aucun signe de gravité, et leur état n’inspire pas d’inquiétudes ».

Quelques recommandations

Toujours dans son communiqué, le CHU précise qu’ « en cas de fièvre chez des personnes de retour de Chine, il est demandé aux personnes de contacter directement le SAMU en appelant le 15 et de ne pas se rendre chez son médecin traitant ou aux urgences pour éviter une potentielle contamination ».
L’Agence régionale de santé (ARS) a mis en place un numéro spécial d’information générale pour la population. Il s’agit du 0800 130 000.
Cet appel est gratuit et ouvert de 9h à 19h.

Juliette Lissandre

0 Commentaires
saint-valentin-offrez-des-roses-contre-le-cancer

Ce vendredi 14 février c’est la fête des amoureux. L’occasion de faire plaisir à votre partenaire tout en réalisant une belle action. La ligue contre le cancer propose une vente de roses pour soutenir la lutte contre ces maladies.

La vente aura lieu au centre commercial Grand Place à Grenoble en face de la bijouterie Pandora toute la journée à partir de 9h30.

Tous les bénéfices de cette action seront intégralement reversés au profit de la recherche médicale, des malades et de leurs proches ainsi qu’aux associations de soutien aux malades.

Le prix : 3 euros pour les roses rouges

2,5 euros pour les roses d’autres couleurs.

Juliette Lissandre

0 Commentaires
un-repas-de-famille-a-un-million-deuros

Un père de famille du Versoud a remporté 1 million d’euros en jouant à l’Euromillion du 10 janvier. La FDJ (Française des Jeux) l’a communiqué dimanche 2 février. C’est le plus gros gain pour l’instant dans la région Auvergne-Rhône-Alpes de l’année 2020.
L’homme a proposé à sa famille d’organiser une cagnotte pour un ticket à l’Euromillion, les enfants ont tout de suite accepté. Il s’est donc rendu dans une station-service et a entré les numéros 47 32 441.

Un ticket à « gros gain »

Il y retourne quelques jours plus tard pour avoir des informations où il apprend une première bonne nouvelle. Il fait partie des tickets à « gros gain », une somme qui dépasse 30 000 euros et qui ne peut être remis dans le point de vente. C’est auprès de la FDJ directement qu’il apprend avoir remporté cette somme. Il n’a pourtant pas trouvé la combinaison gagnante, mais le code de son ticket a été choisi au hasard. Il a déclaré ne pas encore savoir ce que lui et sa famille vont faire de ce chèque. Mais ils commencent l’année 2020 avec une très bonne nouvelle.

Adrien Chatre

0 Commentaires
une-lyceenne-sous-protection-policiere

Mila, la lycéenne iséroise est désormais, avec sa famille, sous protection policière. Après avoir critiqué l’islam de religion de « haine » et de « merde » sur les réseaux sociaux, elle a reçu des menaces de mort et de viol. Son identité, son adresse et celle de son lycée ont été publiquement dévoilées. Depuis la publication de sa vidéo, Mila n’a pas réintégré son établissement scolaire. Dans l’attente d’une solution du rectorat, elle est sans affectation scolaire.

« Je ne regrette pas mes propos »

Invitée lundi 3 février sur TMC, la lycéenne a déclaré « ne pas regretter » ses propos. Elle revendique son « droit au blasphème ». Malgré tout, elle s’excuse auprès de ceux qu’elle a pu blesser qui « pratiquent leur religion en paix ». Le parquet de Vienne a estimé que l’adolescente a simplement exprimé une « opinion personnelle à l’égard d’une religion ». Mais les investigations concernant les menaces envers la jeune fille se poursuivent.

Adrien Chatre

0 Commentaires
un-homme-juge-pour-lancer-de-colis-dans-une-prison

Un jeune homme d’une vingtaine d’années a été interpellé, dimanche 2 février, vers 18 heures aux abords de la prison de Varces-Allières-et-Rissé. Il a lancé des colis au sein de la cour de la promenade. Ils contenaient 200 grammes de cannabis et 8 téléphones portables. Des gendarmes ont d’abord remarqué un véhicule qui longeait le mur de l’enceinte dans la nuit 31 janvier. Ils l’ont pris en chasse jusqu’à Echirolles où la voiture a été retrouvée vide. Son propriétaire a pu être identifié et arrêté. Le jeune homme sera jugé en octobre prochain.

Une augmentation de 4267%

Les lancés dans la prison de Varces-Allières-et-Rissé sont de plus en plus fréquents et inquiètent les policiers qui tentent d’y faire face. Ils sont passés de 3 à 2018 à 131 en 2019, ce qui représente une augmentation de 4267%. Ils sont généralement envoyés par des proches et contiennent de la nourriture, de l’alcool, des cigarettes ou du cannabis. En 2019, 13 affaires de jets de colis ont été résolues.

Adrien Chatre

0 Commentaires
12